Aller au contenu principal
Alain Poincheval interview image
Vendredi, juillet 30, 2021
Temps de lecture : 5 minutes

Les méga-projets dans une industrie de l’énergie en pleine évolution : Entretien avec Alain Poincheval

Pour en savoir plus

Alain Poincheval a un chantier de grande ampleur sur les bras, au sens propre du terme. Il est le directeur exécutif du projet Arctic LNG2, l'un des rares méga-projets de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) au monde. Ces projets gigantesques exigent une grande expertise et une organisation sophistiquée. Nous avons interrogé Alain sur la réalisation des méga-projets et le rôle qu'ils jouent dans notre industrie, aujourd'hui et demain.

Q : Qu’est-ce qui caractérise un méga-projet ?

Alain Poincheval (AP) : Il existe peut-être 10 à 15 méga-projets dans le monde. Ils nécessitent un investissement financier considérable de la part des clients et sont reconnus par l'industrie comme des projets de classe mondiale en termes de taille et d’envergure. Ils sont complexes en termes de technologie, de logistique et d'ampleur. Et le temps qui s'écoule entre le concept et le démarrage prend généralement entre cinq et sept ans, voire jusqu'à dix ans.

Q : Quel type de partenariat est requis pour rendre un méga-projet possible ?

AP : Cela dépend de l'ampleur et de la complexité de la tâche et, en définitive, du choix de nos clients. La plupart du temps, un partenariat est formé pour réaliser ces projets et il arrive que nous fassions équipe avec un concurrent. Il peut s'agir d'une joint-venture, par laquelle nous créons une nouvelle société pour le projet et sommes conjointement responsables de son exécution. Il peut aussi s'agir d'un consortium, dans lequel chacun est responsable de ses propre activités. Quel que soit l'arrangement, la confiance mutuelle est primordiale. 

Q : Pourquoi les opérateurs s’adressent-ils à Technip Energies pour les méga-projets ?

AP : Les clients font appel à nous parce que nous sommes fiables dans nos prévisions de coûts, de délais de réalisation, de performance des processus et de gestion des technologies. Cela repose sur deux choses : les personnes et les processus de travail.

Nous disposons d'un réservoir de talents. La technologie faisant partie de notre ADN, notre réseau d'experts est sans conteste un facteur de différenciation essentiel. Les clients savent qu'ils peuvent se tourner vers nous pour trouver des solutions pendant la réalisation. 

Quant à nos processus, ils sont éprouvés. Ils nous permettent, entre autres, d'accepter de gros contrats sans mettre en péril d'autres projets et de définir aisément des procédures conjointes avec les clients. 

Q: Les méga-projets aident-ils à créer de nouvelles technologies et/ou à améliorer celles qui existent ?

AP : En raison de la taille et de l'importance des méga-projets, l'industrie est souvent prudente lorsqu'il s'agit de recourir à des technologies vraiment nouvelles. Au contraire, ces projets encouragent l'utilisation novatrice de technologies existantes. 

Par exemple, pour le GNL flottant, la nouveauté consistait à installer un train de liquéfaction sur un navire qui peut mesurer jusqu'à 500 mètres de long, au beau milieu de l'océan. Avec le GNL dans les régions arctiques, nous repoussons les limites en modularisant l’unité et en installant des trains de liquéfaction dans des zones reculées, soumises à des températures glaciales. 

Les méga-projets sont essentiellement une question d'évolution, de mise à l'échelle et de gestion des risques.

Q: Comment Technip Energies met-elle en œuvre la diversité et favorise-t-elle le développement de carrière dans les méga-projets ?

AP : Pour ces projets, nous constituons un noyau  de personnes hautement qualifiées, compétentes et expérimentées qui tirent parti des enseignements des projets précédents. Nous faisons également appel à des talents plus jeunes pour absorber ces connaissances, ce qui confère une certaine pérennité à notre expertise. 

Nous nous concentrons pleinement sur nos objectifs en matière d'égalité des genres et de diversité. Dans les fonctions d'ingénierie et d'approvisionnement, nous avons des possibilités de coaching et de développement pour tous. Cette année, l'une de nos priorités est également de recruter activement des femmes dans les écoles d'ingénieurs. 

Comme la construction d'un méga-projet peut impliquer deux ou trois ans de travail sur site, cela peut être un peu compliqué  car l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée doit être pris en compte.

Q: Vous avez été impliqués dans pratiquement tous les aspects des projets. Quel est votre message aux jeunes ingénieurs qui débutent ?

AP : Faites preuve d'humilité dans l'adversité et restez dynamique. Soyez vigilant et ne pensez jamais que tout est acquis d’avance. Préparez-vous à l'inattendu et soyez prêt à prendre des décisions tous les jours. Donnez à votre équipe la confiance et le pouvoir de prendre des décisions. N'oubliez pas qu’une absence de décision est souvent la chose la plus préjudiciable en termes de coûts et de délais. 

L'esprit d'équipe est l'un des signes les plus forts de la communauté d'un projet - nous sommes unis, nous prenons soin les uns des autres et nous nous concentrons toujours sur la sécurité, car c'est un facteur clé de succès.

Q: Dans quelle mesure l’expérience de Technip Energies dans les méga-projets positionne l’entreprise pour la transition énergétique ?

AP : Dans le cadre de la transition énergétique, les projets peuvent faire appel à l'hybridation de technologies matures et moins matures ou à des applications à de nouveaux domaines, ou encore à la mise à l'échelle d'installations plus grandes. Cela peut signifier l'installation d'un système de capture du carbone dans une unité existante ou la production à faible intensité de carbone. Cela fait appel à nos compétences en matière de gestion de l'énergie, de technologie des procédés et d'application de solutions dans différents environnements.

Technip Energies est bien positionnée pour décarboner les opérations de nos clients tout en s'appuyant sur son leadership dans le GNL et dans le GNL bas-carbone comme carburant de transition clé. Les méga-projets feront toujours partie de notre portefeuille pour les années à venir.

Pour d'autres marchés, comme la capture du carbone, l'hydrogène, la chimie durable et l'éolien offshore, les projets auront tendance à être plus petits. Et cela exige plus d'agilité. Vous devez être capable de tenir vos engagements en termes de coûts et de délais. 

L'une de nos priorités pour les deux ou trois prochaines années est d'équilibrer la réalisation de ces deux types de projets pour mieux servir la transition énergétique. Ce qui nous permettra d'y parvenir, c'est la richesse et l'étendue des compétences de nos collaborateurs.

Q : Que nous réserve l'avenir ?

AP : Notre succès dépendra de notre capacité à répondre aux exigences du marché en termes d'installation, d'émissions de gaz à effet de serre et d'efficacité énergétique. 

À l'avenir, bon nombre de nos clients seront des entreprises plus petites, dont des start-ups, qui savent ce qu'elles veulent faire et la technologie dont elles ont besoin. Cependant, elles auront besoin d'aide pour la réalisation des projets et c'est là que nous intervenons. Pour opérer sur ce marché, nous devrons être plus agiles, accélérer nos délais de réalisation, avoir une approche standardisée avec une offre digitale plus étendue et des processus de travail simplifiés. 

Je suis confiant dans l'avenir. Nous sommes préparés. Nous avons les femmes et les hommes ainsi que les capacités nécessaires pour transformer nos méthodes de travail et ouvrir la voie à un avenir à faible émission de carbone.