Aller au contenu principal
Image of David Tadbir, Technip Energies
Jeudi, mai 25, 2023
Temps de lecture : 5 minutes

Se préparer pour l’avenir : les Achats en pleine évolution de la résilience à l'anticipation

Interview avec David Tadbir, Vice President Global Sourcing & Procurement, Technip Energies.

Pour en savoir plus

David Tadbir est Vice President Global Sourcing & Procurement de Technip Energies. Il a rejoint l'entreprise en tant que responsable de construction en 2006, puis a occupé des postes dans l’Estimation, et dans les Relations Investisseurs. Il est devenu responsable du contrôle du projet et de la logistique pour Yamal LNG, directeur du Procurement et de la logistique pour le projet Arctic LNG2 et vice-président de la ligne de produits offshore. Ceci lui a permis d'acquérir une grande expérience opérationnelle et une connaissance approfondie de l'entreprise. Il a été nommé VP Global Sourcing & Procurement en janvier 2022.


Q – Pouvez-vous expliquer le rôle du Global Sourcing & Procurement chez Technip Energies ?

David Tadbir (DT) – Pour faire simple, notre rôle est d'acheter, de relancer et de livrer du matériel et des équipements sur les chantiers de construction de nos clients, dans le respect du budget, de la qualité et des délais. Le Procurement (autrement dit les Achats) est une fonction clé au cœur de nos activités, et c'est aussi un rôle qui évolue, de la résilience à l’anticipation. Si l'on considère les défis et les perturbations de ces dernières années - entre la pandémie de COVID-19, la guerre en Ukraine, et le retour de l’inflation -, il ne suffit pas d'être résilient, nous devons anticiper, afin de pouvoir réagir rapidement et nous adapter à tous les défis qui se présentent. 

Q – Comment le Procurement est-il organisé pour soutenir l'entreprise ?

DT – Globalement, nous avons environ 1 000 personnes dans le Procurement, avec des équipes dans chacun de nos principaux centres opérationnels, organisées en cinq fonctions essentielles. Nous entretenons des relations étroites avec nos équipes d’ingénierie et de construction et nous analysons ensemble les coûts de l'installation dans le but de prendre les meilleures décisions d'achat.

Dans la séquence des achats, les responsables de catégories jouent un rôle très stratégique car ils identifient le pool de fournisseurs potentiels, ils initient des stratégies pour établir d’éventuels accords-cadres globaux, et ils fournissent à nos équipes des informations sur le marché, en suggérant parfois des opportunités ou en alertant sur les risques de défaillance.

Nos acheteurs définissent la base de coûts des projets, ils négocient et établissent les contrats. Les responsables de la performance de nos fournisseurs gèrent l’inspection et la relance des matériels, avant de confier les équipements au transport, à la logistique et à l'affrètement. Les Achats Indirects veillent à l’achat de produits et de services qui facilitent la vie de nos centres opérationnels.

Au total, nous passons chaque année plusieurs milliards d'euros de commandes de biens. Notre rôle contribue donc de manière importante à la réussite des projets de nos clients et à la rentabilité de Technip Energies.

Q – L'inflation est un problème majeur en ce moment. Comment gérez-vous cela compte tenu du poids des achats dans le bilan de Technip Energies ?

DT – L'inflation est une question complexe car elle affecte différemment les continents, produits et services, tout au long de la chaîne d'approvisionnement, à des moments différents et dans des proportions différentes. Notre équipe d'experts s’occupe d'analyser les données et les informations de marché et de renégocier les prix en fonction du contexte. Notre stratégie consiste toutefois à établir avec nos fournisseurs des relations à long terme fondées sur la confiance et le respect mutuels, à atténuer les risques et à aligner nos intérêts pour réussir ensemble.

Q – Vous évoquez le long terme. Comment la transition énergétique transforme-t-elle les Achats ?

DT – Comme le modèle économique de Technip Energies couvre à la fois la réalisation de méga-projets et le développement de technologies, de produits et de services, le rôle des Achats doit s'adapter pour anticiper tous les défis possibles. C'est l'avenir auquel je me prépare avec mon équipe. Aujourd'hui, chaque installation dans la transition énergétique est un prototype, un projet pilote, mais demain, lorsque nous proposerons des produits standardisés plus abordables, le Procurement devra être rapide et efficace pour gérer toute la chaîne d’approvisionnement.

L'industrialisation et la digitalisation sont de plus en plus au cœur de nos activités de Procurement. Notamment les initiatives digitales engagées dans les domaines de la gestion de la performance de nos fournisseurs, du transport et l’estimation prédictive sont essentielles au succès de notre entreprise. Je pense que la part du Procurement dans la réalisation des projets sera encore plus importante à l'avenir et mon rôle est de se préparer à relever ce défi.

Pour ce faire, un autre facteur est d’être attentifs au marché de demain. Nous travaillons en étroite collaboration avec nos Business Lines pour comprendre les dynamiques et anticiper les tendances du marché notamment pour les équipements de demain. Nous nous intéressons aux entreprises établies ainsi qu'aux petites start-ups qui proposent des produits spécifiques susceptibles de devenir des fournisseurs importants dans les années à venir. Nous devons les identifier, apprendre à les connaître et parfois nous associer avec elles. Nous devons aussi être plus curieux, élargir notre vision au-delà du coût d'achat pour considérer les coûts plus larges de logistique et d'installation.

En outre, cela signifie intégrer l'ESG pour évaluer les entreprises non seulement sur la base du prix ou du délai de livraison, mais aussi sur la base de leur empreinte environnementale et de leur bilan social et de gouvernance. Mais nous devons rester humbles et travailler avec le soutien de notre chaîne d'approvisionnement pour adopter les meilleures pratiques du marché et d’en faire nos références standards.

Q – Vous devez traiter des quantités massives d'informations. Comment exploitez-vous les données dans vos activités quotidiennes et comment voyez-vous la situation évoluer ?

DT – En effet, nous analysons des quantités considérables de données pour déterminer nos coûts pour chaque projet, pour chaque type de produit, avec chaque fournisseur, et nous les intégrons à des données sur la non-qualité, les défauts, les dépassements de coûts, les retards de fabrication etc., afin de mesurer les performances de l'entreprise et d'identifier des pistes d'amélioration. Nous exploitons également les données issues des bons de commandes de ces 30 dernières années pour améliorer la manière dont nous abordons le marché lors d’appels d'offres. Grâce à l'intelligence artificielle, nous pouvons relier l’historique de nos dépenses aux tendances du marché et aux indices des produits de base afin de prévoir une fourchette de prix pour certains biens sur une certaine période, ce qui nous aidera à anticiper.

C'est une période passionnante pour le Procurement, fort d’un contexte porteur pour le GNL et de nouveaux investissements de nos clients dans les énergies renouvelables, et nous prévoyons une prise de commandes importante au cours des prochains trimestres. Nous devons donc être prêts, ce qui signifie recruter des collaborateurs dotés d’un esprit curieux et les former pour qu'ils puissent faire le lien entre les différentes disciplines. De nombreux aspects du travail resteront inchangés, car c'est la nature même des Achats. Il s'agit avant tout de négociations et d'interactions humaines. Mais notre capacité à contrôler et à prévoir va évoluer pour nous aider à prendre des décisions meilleures et plus éclairées.